print
 

Les boucs sont dans le pré

Durant la première semaine d’octobre, les enfants des communes limitrophes au parc départemental Georges-Valbon ont pu découvrir les cinq boucs qui pâturent habituellement les abords des voies du nouveau tram 11.

Mackintosh, Lennon, D’Artagnan et les frères Dupont ont fait la joie de ces écoliers venus spécialement au parc pour les rencontrer au cours d’une animation. Après avoir longé le Grand lac et observé les oiseaux qui le peuplent – l’occasion d’aborder la biodiversité sauvage – les enfants étaient attendus auprès de l’enclos du rucher par les charmants caprins.

Les enfants sont très curieux, et encore plus lorsqu’il s’agit d’animaux qu’ils rencontrent en personne ! Au fil de leurs nombreuses questions, nous avons pu aborder diverses thématiques comme la morphologie ou le comportement des animaux.« Pourquoi le bouc a-t-il deux doigts ? », « pourquoi a-t-il une pupille en forme de rectangle ? »…
À savoir :
la chèvre, et le bouc en particulier, ont des caractéristiques physiques qui leur ont été léguées par leurs lointains ancêtres sauvages, qui vivaient dans les montagnes. Leurs sabots fourchus leur conféraient alors une meilleure stabilité sur les parois rocheuses et abruptes.
Leurs yeux, aux pupilles très larges, permettent à cet herbivore, proie potentielle, d’avoir un champ de vision très large, et par là-même de repérer un prédateur fondant sur lui.

Dans le parc, ces dignes représentants de la race ancienne des Chèvres des fossés ont pour rôle d’entretenir certains espaces en les pâturant. Ils contribuent ainsi à lutter contre les espèces invasives en les broutant, et tondent la végétation, sans faire autant de bruit ni de pollution qu’une machine. Leur présence favorise la biodiversité : les pontes et les insectes qui se cachent dans les hautes herbes n’ont rien à craindre de lui, quand ils seraient détruits par le passage de la tondeuse.

Après avoir découvert les nombreux intérêts du pâturage et donné un peu de Renouée du Japon aux boucs, nous sommes reparti sur les rives du Grand lac espérant croiser un petit mais charmant Grèbe castagneux, ou un joli canard plongeur sur la route !

Au total, se sont 8 classes qui ont été reçues et ont pu profiter de cette animation champêtre.

seine-saint-denis.fr

Retrouvez toute la vie du département sur le site officiel de la Seine-Saint-Denis

Contacts

Pour toutes suggestions, renseignements ou réclamations concernant les parcs départementaux.