print
 

Frelon asiatique, quel danger pour la biodiversité locale et les habitants de la Seine-Saint-Denis ?

En un peu plus de dix ans, le Frelon asiatique a colonisé près de 90% de la surface de l’Hexagone et est désormais régulièrement observé en Seine-Saint-Denis, tout particulièrement en ce début d’automne, pic de population de cette espèce. Quelles sont les différences entre Frelon asiatique et européen et quels dangers représente cette espèce exotique dite envahissante ?

Une espèce exotique importée par accident…

Le Frelon asiatique (Vespa velutina) a été observé pour la première fois dans l’Hexagone en 2004. Comme souvent lors de la propagation d’espèces exotiques, plusieurs spécimens sont passés inaperçus lors du transport de poteries chinoises dans lesquelles ils se trouvaient. Aujourd’hui, on le rencontre presque partout en France métropolitaine car il s’est très bien acclimaté et a beaucoup moins de prédateurs que son homologue européen (Vespa crabro).

Visuellement, il est moins impressionnant que le Frelon européen : il est un peu plus petit et ses couleurs sont plus ternes. Si les deux espèces se ressemblent, quelques détails permettent de les dissocier sans peine. Attention ! Fortement alerté par la présence de cette espèce exotique, on a tendance à voir des Frelons asiatiques partout.
L’ODBU a reçu plusieurs signalements les concernant, alors qu’il s’agissait en réalité de Frelons européens, de guêpes, ou bien même de volucelles (un genre de mouches de la famille des syrphes). Si vous croisez un frelon la nuit, il s’agit forcément de Vespa crabro, car il est le seul à être à la fois diurne ET nocturne.
Pour ne pas se tromper dans l’identification, n’hésitez pas à consulter la fiche mémo en fin d’article !

Un danger pour la biodiversité locale

Pourquoi l’expansion rapide de cette nouvelle espèce constitue-t-elle une menace ? Après tout, il s’agit de biodiversité ! Le problème, c’est que le Frelon asiatique s’attaque massivement aux populations d’abeilles, notamment domestiques – présentes en grand nombre dans les ruches, elles sont des proies faciles et abondantes, rassemblées dans un même lieu – dont il nourrit ses larves en rapportant son butin au nid. Volant en station à proximité des ruches et attendant les abeilles qui sortent ou reviennent de butiner, les Frelons asiatiques peuvent provoquer la mort d’un tiers du rucher en une seule attaque.

Il s’agit donc d’une menace importante pour les apiculteurs, mais aussi pour la biodiversité puisque l’Abeille domestique (Apis Mellifera) est un insecte qui participe activement à la pollinisation des plantes et que le Frelon asiatique s’attaque aussi à d’autres pollinisateurs (hyménoptères et diptères), toujours pour nourrir ses petits. Les adultes consomment quant à eux des fruits et du nectar.

Et pour les humains ?

Quel danger pour l’Homme ? Encore un fois, il est important de disposer d’informations précises. La piqûre du Frelon asiatique n’est pas plus dangereuse que celle d’un Frelon européen et moins que celle d’une abeille – qui concentre davantage de venin dans son dard. Si la personne n’est pas allergique au venin, il n’y a pas de danger majeur pour sa santé, sauf, exceptionnellement, en cas de piqûres multiples ou sur les muqueuses. Les piqûres de tous les frelons sont en revanche très douloureuses, à la fois à cause de la composition de leur venin et du diamètre important du dard.

Comme son cousin européen, le Frelon asiatique est pacifique au butinage, mais peut s’avérer très agressif à proximité de son nid : il protège son territoire et peut même piquer « en rafale » tout ennemi potentiel tant que celui ne s’éloigne pas. Plus opportuniste, il peut installer son nid dans des conditions très variables et donc se retrouver fréquemment dans le bâti, les haies ou le sol, dans des zones exposées au soleil, d’où un potentiel risque accru de piqûre. Par ailleurs, le nid peut abriter un plus grand nombre d’individus que chez le Frelon européen.

C’est donc l’ensemble de ces caractéristiques qui fait la dangerosité de l’animal pour l’Homme, pas la nature de ses piqûres.

Attention, pas d’amalgame et pas de panique !

On l’a dit, sauf en cas de présence immédiate du nid, les espèces de frelons ne sont pas agressives, donc si l’on rencontre Vespa velutina isolé en train de butiner, inutile de chercher à le supprimer. Il faut aussi faire attention à ne pas prendre en grippe son cousin européen ! Plusieurs cas de destructions de nids nous ont été signalés, pour éviter le risque de la présence de Frelons asiatiques, alors qu’il s’agissait de Frelons européens. Comme toute espèce dans son milieu naturel, le Frelon européen est utile et joue un rôle dans les chaînes alimentaires et la régulation des espèces d’arthropodes, notamment de certains parasites. Si l’on trouve un nid de frelons et qu’il n’est pas dans un lieu de passage ou accessible au public, il n’est pas nécessaire de le détruire.

Pour terminer et comme pour beaucoup d’espèces exotiques envahissantes, on ne sait pas encore quel impact réel aura le Frelon asiatique sur les espèces locales et quelle sera l’évolution de ses populations. Des traitements à base de pesticides et des techniques de piégeage existent, mais s’avèrent souvent peu efficaces et dangereux pour les autres insectes.

Quelques pistes intéressantes émergent actuellement, comme celle d’installer les ruches dans des poulaillers en plein air. Les jeunes poulets sont particulièrement friands de Vespa velutina et attirés par son vol stationnaire bruyant. Le problème reste entier pour la prédation des abeilles sauvages.

Les chercheurs du Muséum d’Histoire naturelle de Nantes ont également découvert qu’une plante carnivore originaire d’Amérique du Nord attirait spécifiquement les Frelons asiatiques. La recherche en cours sur la molécule libérée dans l’atmosphère par la plante pour attirer ses proies est peut-être prometteuse pour constituer un piège sélectif naturel à grande échelle ?

Enfin, d’autres recherches très récentes montrent une consanguinité importante des Frelons asiatiques sur le territoire. Cette faible diversité génétique constitue une fragilité pour l’espèce et pourrait remettre en question son expansion…

PDF - 154.4 ko
Frelon asiatique
Fiche de reconnaissance

seine-saint-denis.fr

Retrouvez toute la vie du département sur le site officiel de la Seine-Saint-Denis

Contacts

Pour toutes suggestions, renseignements ou réclamations concernant les parcs départementaux.