print
 

La faune

Bien qu’entièrement aménagé par l’homme, le parc sert de refuge et de lieu de vie à bon nombre d’animaux sauvages, qui s’y sont installés spontanément.

 Les Oiseaux

Parmi les oiseaux que vous pourrez observer : de nombreux oiseaux migrateurs qui viennent nicher, hiverner ou bien faire escale.

L’espèce phare du parc est le Blongios nain, le plus petit de nos hérons. Alors que sa population est en déclin en Europe, plusieurs couples nicheurs y sont observés tous les ans dans le parc et s’y reproduisent.

Plus faciles à voir, Poules d’eau, Grèbes huppés, Cygnes, Foulques fréquentent les lacs.
Mais avec plus de patience, vous verrez de nombreux oiseaux d’eau migrateurs, Fuligule milouin, Canard souchet... qui hivernent, Bruant des roseaux, Grèbe castagneux... qui nichent dans le parc, ou Butor étoilé, Chevalier guignette... qui y font escale.

Grâce au phénomène de marnage existant dans l’étang des Brouillards et le Vallon, les oiseaux limicoles (gravelots, bécassines...) peuvent s’arrêter et se nourrir dans le parc.

Dans les boisements, vous entendrez le Rouge-Gorge, les Mésanges, le Pic vert, le Pic épeiche... Tandis qu’à la tombée de la nuit vous verrez peut-être s’envoler de leur dortoir les Hiboux moyen-duc, rapaces nocturnes qui nichent dans le parc.

En milieu ouvert, vous pourrez observer le Faucon crécerelle, l’Epervier d’Europe, l’Alouette des champs...

Ainsi, plusieurs espèces rares, comme le Blongios nain, le Martin pêcheur, le Pic noir… sont régulièrement observées dans le parc, parce que ces oiseaux trouvent des habitats favorables à leur alimentation ou leur reproduction, habitats très fragiles qui se font de plus en plus rares sur notre territoire.
Aussi, en 2007, le Parc départemental Georges-Valbon a été identifié comme important pour la conservation des oiseaux de France et classé, avec d’autres sites de la Seine-Saint-Denis, site Natura 2000, une réseau écologique européen de sites naturels.

 Les Mammifères

Les quelques petits mammifères du parc sont probablement arrivés par la voie de chemin de fer qui le traverse et le relie à d’autres espaces, boisements, plaines..., où vivent ces animaux. Le parc étant enclavé dans une zone urbanisée, le nombre d’espèces reste limité.

Mais au détour d’un sentier vous pourrez surprendre le Renard roux, qui se reproduit dans le parc, ou le Lapin de garenne, très présent en nombre et peu farouche. Fouines et Belettes ont également été observées, ainsi que le Hérisson d’Europe.

Grâce aux pelotes de réjection des Hiboux moyen-duc, on sait que Musaraigne musette, Campagnol des champs, Mulot sylvestre, Souris grise... fréquentent le parc, de même que le Lérot d’Europe et le Rat des moissons, plus rares dans le département.

 Les Reptiles & les Amphibiens

Particulièrement remarquable, le Crapaud calamite, considéré comme rare en région parisienne, se reproduit dans le parc.

A partir du printemps, vous entendrez le coassement des Grenouilles vertes qui sautent dans l’eau dès que l’on s’approche. Si vous regardez bien à la surface de l’eau, vous pourrez alors apercevoir leurs yeux émerger.

Beaucoup moins facile à observer, le Crapaud calamite ne sort que la nuit. Ce petit crapaud ne saute pas, il court. En période de reproduction, on entend de loin son chant sonore.

Le Triton palmé, le Triton ponctué et le Triton alpestre fréquentent nos plans d’eau et s’y reproduisent.

Bien moins appréciée, la Tortue de Floride a malheureusement été introduite par des promeneurs. Elle dévore tout ce qu’elle trouve (petits animaux, plantes...). On considère qu’elle a un impact négatif sur l’équilibre écologique du milieu.

Quant au Lézard des murailles, rare en banlieue, il se chauffe au soleil sur les talus du Vallon.

 Les Poissons

La diversité de la population piscicole des différents lacs est typique des bassins d’agrément.

Ils ont été introduits par des promeneurs ou par les oiseaux d’eau qui emmènent, prises dans leurs pattes, algues ou herbes abritant des oeufs de poisson.

Parmi les prédateurs : le Brochet, la Perche, mais aussi le Poisson-chat et la Perche-soleil qui se nourrissent des pontes de poissons et d’amphibiens.

Carpes-miroir, Carpes-cuir, Tanche, Gardon et Goujon, Brème commune et Brème bordelière et bien sûr le Poisson rouge (ou Carassin doré), ont également été inventoriés.

Vous pourrez facilement observer de la rive les grosses carpes dans le Grand Lac et dans le petit lac à côté du Pont Iris.

 Les Insectes

Le parc est particulièrement intéressant pour sa richesse en libellules. On y trouve aussi coléoptères, papillons, orthoptères (sauterelles), hyménoptères (abeilles)…

Plus de douze espèces de Libellules (Agrion vert, Anax empereur, libellule écarlate...) ont été recensées aux abords des lacs. Les adultes y déposent leurs oeufs sur la végétation aquatique et les larves y trouvent leur nourriture, petits invertébrés, larves d’insectes ou têtards.

Parmi les papillons, les espèces observées sont les plus résistantes, mais leur diversité est remarquable.
Papillons sédentaires (Faune, Argus brun, Tircis...) ou migrateurs (Vulcain, Belle Dame...) sont attirés par les fleurs sauvages des prairies (orties, ombellifères, cardères...), les arbustes à fleurs (Buddleia...) et certains arbres (érables, sureaux...) du parc.

Plusieurs espèces de criquets et sauterelles fréquentent également les prairies sèches.

seine-saint-denis.fr

Retrouvez toute la vie du département sur le site officiel de la Seine-Saint-Denis

Contacts

Pour toutes suggestions, renseignements ou réclamations concernant les parcs départementaux.