print
 

Retour sur la rando Poudrerie-Sausset

En ce dimanche 26 mars, et pour la troisième année consécutive, les animateurs départementaux proposaient au public une randonnée longue distance entre les parcs de la Poudrerie et du Sausset.

Malgré l’heure de sommeil en moins due au passage à l’heure d’été, 27 courageux se sont donnés rendez-vous le matin du dimanche 26 mars au Parc forestier de la Poudrerie pour une grande randonnée en direction du parc départemental du Sausset. Après l’ajustement des lacets et la mise en place des lunettes de soleil, le départ est donné pour une découverte de l’histoire du site et de ses bâtiments d’époque industrielle.

Dès la Cartoucherie (parc forestier de la Poudrerie), pour le grand bonheur des curieux, un couple d’écureuils roux s’adonne aux chamailleries de leur parade amoureuse. Puis, entre la Presse, les arcs et le Boris, ce sont les chants des Troglodyte mignon, du Rouge-gorge familier et de la Sitelle torchepot qui guident les randonneurs jusqu’à la mare à l’îlot. À cet endroit, Canard carolin et Canard mandarin barbotent sous la hauteur des chênes bicentenaires.

Après avoir franchi le canal de l’Ourcq et découvert le pas de tir au canon, il est l’heure de quitter la Poudrerie pour rejoindre le parc du Sausset.

Une petite pause panoramique au sommet du parc Monceleux à Sevran et c’est la redescente sur le quartier des Beaudottes. Il est presque 13 heures quand le lac de Savigny est atteint.
Suite à l’observation de bécassines sur le Marais du parc, il est temps de casser la croûte sur la pelouse autour de la Maison du Sausset. La dégustation du vin du parc, avec ses cépages de chardonnay et de pinot noir, accompagne parfaitement ce pique-nique bucolique.

L’après-midi, c’est toujours sous le soleil que le bocage et ses pâtures sont arpentés. Malheureusement, nos randonneurs sont en avance par rapport aux bêtes à cornes que les gestionnaires du parc utiliseront bientôt comme tondeuses écologiques ! Il faudra donc revenir en avril pour observer les Chèvres des fossés et les vaches bretonnes Pie-noir.

Après ces 12 kilomètres, la découverte du Puy d’Enfer et ses quelques 2000 pieds de vignes, certains participants choisissent un retour par les transports en commun, tandis que les plus endurants prennent la direction de la gare de Villepinte pour rejoindre la Poudrerie par la porte de Sevran-Village.

Il reste encore assez d’énergie à nos marcheurs pour la visite du Pavillon Maurouard et de son exposition « Renard…chenapan ». Mais dans le dernier kilomètre, les 3 séquoias géants annoncent déjà la fin de cette belle aventure qui a permis la découverte de ce deux parcs dans une ambiance printanière.

Rien de telle qu’une randonnée pédestre de 18 kilomètres pour ne pas oublier que la Seine-Saint-Denis, malgré son urbanisation importante, possède un patrimoine historique et naturel qui n’a rien à envier aux autres territoires.

Un grand merci à tous les participants pour ce moment convivial et sportif !

seine-saint-denis.fr

Retrouvez toute la vie du département sur le site officiel de la Seine-Saint-Denis

Contacts

Pour toutes suggestions, renseignements ou réclamations concernant les parcs départementaux.