print
 

Zoom sur... Les espèces observées en Seine-Saint-Denis depuis le début de l’année

Faisons le tour des observations naturalistes remarquables réalisées pendant le premier semestre 2017 dans les parcs départementaux.

Le retour des insectes...

Du côté des insectes, plusieurs espèces intéressantes ont été observées au printemps, par les observ’acteurs de la biodiversité comme par les agents des parcs. Un magnifique Lucane cerf-volant (Lucanus cervus) a été repéré sous l’abri du jardin pédagogique du parc départemental Jean-Moulin - Les Guilands. Il s’agit du plus grand coléoptère européen et il est aussi impressionnant ˗ le mâle peut mesurer près de 10 cm et il est doté d’une grande paire de mandibules qui font penser à des bois de cerf ˗ qu’inoffensif. Il se nourrit de bois et niche dans les vieux arbres et les troncs morts. S’il est protégé à l’échelle européenne, on assiste à une régression de ses populations. C’est donc intéressant de trouver cet insecte dans les parcs qui constituent toujours une zone de refuge !


Autres insectes étonnants de la famille des Myrmeleontidae : les fourmilions. À l’âge adulte, ils ressemblent à des libellules, mais ce sont les traces du passage de larves qui ont été repérées au parc forestier de la Poudrerie... Les larves de fourmilions ont en effet l’habitude de creuser un petit cône dans la terre meuble ou le sable et de s’installer au fond de cet entonnoir, attendant les proies qui pourraient y tomber ˗ en particulier les fourmis ˗ pour les capturer à l’aide de leurs puissantes mandibules. L’aspect des larves et leur pratique de chasse ont inspiré plusieurs films de science-fiction. C’est seulement la seconde observation recensée de ces insectes en Seine-Saint-Denis.


Pour en terminer avec les arthropodes, notre observ’acteur André Lantz a pu photographier au printemps une Thécla de la Ronce (Callophrys rubi) au parc départemental du Sausset. Ce joli papillon vert avait déjà été contacté au Sausset dans le cadre des « 24H pour la biodiversité » en 2010 et 2013.


... Et des oiseaux dans les parcs, mais pas que !

Chez les oiseaux, on a constaté que le Blongios nain (Ixobrychus minutus), le plus petit héron européen classé Natura 2000 en Seine-Saint-Denis, utilisait à nouveau le vallon écologique du parc départemental Georges-Valbon, suite à des travaux de réouverture des berges (Contrat Natura 2000). Cette restauration de milieux a donc porté ses fruits ! Toujours pour les espèces Natura 2000, trois petites Sternes pierregarin (Sterna hirundo) sont nées sur les radeaux installés à cet effet sur l’étang de Savigny, au parc du Sausset. Enfin, plusieurs observations d’Hirondelles de rivage (Riparia Riparia) ont été effectuées au parc départemental de la Bergère. Les Hirondelles de rivage, qui nichent en colonies, creusent des nids en forant verticalement les berges. Au moins cinq sont installés le long du canal de l’Ourcq sur le territoire du parc. C’est une très bonne nouvelle car cet oiseau est quasiment menacé à l’échelle francilienne.

Pour terminer ce panorama par la flore, une espèce aquatique qui se développe dans les eaux stagnantes ˗ la Lentille d’eau bossue (Lemna gibba) ˗ a été repérée par le Conservatoire botanique national du Bassin parisien sur le Lac des oiseaux, au parc départemental Georges-Valbon. Sa face inférieure présente un aspect bosselé et spongieux et sa face supérieure est vert foncé ou brun rougeâtre. Elle n’avait plus été vue sur le territoire depuis 1958 !


Insertion ill.1. Légende : © Michaël Duclos - Département de la Seine-Saint-Denis
Insertion ill.2. Légende : © Gautier Malherbe - Département de la Seine-Saint-Denis
Insertion ill.3. Légende : © André Lantz
Insertion ill.4. Légende : © Bruno Gravelat - Ecoter

seine-saint-denis.fr

Retrouvez toute la vie du département sur le site officiel de la Seine-Saint-Denis

Contacts

Pour toutes suggestions, renseignements ou réclamations concernant les parcs départementaux.